/medias/image/13596903275d1f1a62ce717.jpg
Retour aux actualités
Article suivant Article précédent

La Police, une force d’action et de protection au service de tous.

Fonction Publique

-

22/07/2016

Première force de sécurité en France, la Police nationale traite 70% de la délinquance, 80% des gardes à vue et est compétente sur 99% des zones difficiles.
Forte de 140 000 professionnels, femmes et hommes dotés de compétences professionnelles avérées (policiers, administratifs, techniques et scientifiques) recrutés selon des critères exigeants, elle intervient avec discernement, 24 heures sur 24.
L’évolution des formes de la délinquance et des enjeux de la sécurité, la recherche des résultats et d’une efficacité opérationnelle conduisent la police à s’adapter en permanence, à innover et anticiper en modernisant ses moyens, en professionnalisant ses personnels et ses méthodes de travail, afin de constituer une force d’action et de protection performante au service de tous.
À cette fin, l’ensemble des composantes de la Police nationale concourt, au sein de la direction générale de la Police nationale (DGPN) ou de la Préfecture de police dans l’agglomération parisienne, à l’exercice des missions qui lui sont assignées.

SES MISSIONS :
LA SÉCURITÉ
Coeur de métier de la Police nationale, la sécurité des personnes, des biens et des institutions est assurée, à titre préventif et répressif, au quotidien et dans les zones les plus urbanisées par une présence dynamique et visible sur la voie publique. Prise en charge des victimes, accueil du public, réception des appels 17, interventions dites de « police-secours », surveillance de la voie publique sont des missions effectuées, de jour comme de nuit, par des équipages polyvalents ou des brigades spécialisées (anti-criminalité, canine, motocycliste, équestre).
L’INVESTIGATION
Elle a pour objet la constatation des infractions, la recherche des éléments de preuve nécessaires à la qualification des faits et à la manifestation de la vérité. Elle est opérée par des agents et officiers de police judiciaire, sous le contrôle des magistrats, en tous domaines : atteintes aux personnes et aux biens, trafics de toute nature, cybercriminalité, fraude documentaire…
LA POLICE TECHNIQUE ET SCIENTIFIQUE
Elle traite des analyses dans des domaines aussi variés que la balistique, la physico-chimie, la biologie, les incendies et explosifs, la toxicologie, les stupéfiants et concourt ainsi à l’établissement de la preuve dans le cadre des enquêtes de police. La police technique et scientifique gère en outre les grands fichiers nationaux de police (empreintes digitales, génétiques…).
L’ORDRE PUBLIC
La sécurité publique assure le maintien ou le rétablissement de l’ordre public sur l’ensemble de ses zones de compétence avec le renfort des compagnies républicaines de sécurité (CRS).
Ces dernières participent par ailleurs aux opérations de secours en haute montagne et sur les plages.
LA SÉCURITÉ AUX FRONTIÈRES
Elle consiste à contrôler les flux migratoires et à lutter contre l’immigration irrégulière et l’emploi des étrangers sans titre de séjour. Réalisée notamment dans les zones portuaires, aéroportuaires et ferroviaires, cette mission participe activement à la sûreté des moyens de transport, notamment par l’utilisation de technologies, d’outils modernes de contrôle documentaire et de supports biométriques pour la prévention des fraudes.
LE RENSEIGNEMENT ET L’INFORMATION
Ils sont recherchés pour assurer l’information des autorités gouvernementales, déceler et prévenir toute menace susceptible de porter atteinte à l’ordre public, aux institutions, aux intérêts fondamentaux de la Nation ou à la souveraineté nationale.
LA COOPÉRATION INTERNATIONALE
Contribution de la Police nationale, elle met en oeuvre la politique étrangère de la France en matière de sécurité intérieure au travers de services de sécurité intérieure implantés dans plus de 150 pays. Elle participe au rayonnement de la Police nationale en exportant son savoir-faire et sa technologie dans de nombreux domaines : ordre public, police technique et scientifique, techniques d’investigation.
LE CONTRÔLE INTERNE
Opéré au travers d’audits et de missions d’études réalisés dans l’ensemble des services centraux ou territoriaux, le contrôle interne vise à accroître le service rendu au public et l’efficience des services et unités. En cas de dysfonctionnement ou d’infractions commises par des policiers dans l’exercice de leurs fonctions, des enquêtes administratives ou judiciaires sont diligentées.
LES FONCTIONS SUPPORTS
L’exercice de toutes les missions précitées suppose la mise à disposition des services de police de moyens humains, financiers et logistiques parfaitement adaptés.

SES VALEURS FONDAMENTALES
Personnels du ministère de l’Intérieur, les policiers font partie intégrante de la fonction publique d’État.
Le statut général de cette dernière fixe leurs droits :
  • égalité d’accès aux emplois ;
  • continuité dans l’emploi
et obligations :
  • de désintéressement ;
  • de service et d’obéissance hiérarchique ;
  • de discrétion et de réserve ;
  • d’information du public.
Leurs actions s’inscrivent dans un cadre républicain et dans le respect de la déclaration des droits de l’Homme et du citoyen, de la constitution, des conventions internationales et des lois.
De par leur statut spécial, ils ne disposent pas du droit de grève.
Ils sont soumis à un code de déontologie rappelant notamment :
  • la loyauté envers les institutions républicaines ;
  • l’intégrité, l’impartialité et la dignité s’imposent également dans la vie privée ;
  • un comportement exemplaire ;
  • le respect absolu des personnes ;
  • un devoir d’assistance et de protection des individus et de la collectivité ;
  • une obligation de réserve et une astreinte au secret professionnel ;
  • l’obligation de rendre compte de l’exécution des missions confiées ;
  • le policier est au service de la population ;
  • le policier mène son action avec discernement.

DEVENEZ OFFICIER DE POLICE :
MISSIONS
L’officier de police est un fonctionnaire appartenant au corps de commandement de la Police nationale.
Il assure les fonctions de commandement opérationnel des services et d’expertise supérieure en matière de police et de sécurité intérieure.
Il seconde ou supplée les commissaires de police dans l’exercice de leurs fonctions et assure le commandement des gardiens de la Paix.
Officier de police judiciaire (OPJ), il peut être amené à conduire les enquêtes qui lui sont confiées ou l’activité d’un groupe opérationnel ou d’une unité spécialisée.
Il peut être chargé de missions d’information et de surveillance.
Il exerce sa mission en tenue ou en civil selon la nature des fonctions assurées.
FORMATION
L’élève officier de police suit une formation d’une durée de 18 mois, alternant stages en école et en services actifs. La scolarité s’effectue à l’École nationale supérieure de la police (ENSP) de Cannes-Écluse (77).
À l’issue des 6 premiers mois de sa scolarité, l’élève officier de police est nommé lieutenant stagiaire pour une durée d’un an.
À la fin de sa scolarité, le lieutenant stagiaire jugé apte est titularisé dans le grade de lieutenant de police. La titularisation au grade de lieutenant est en outre subordonnée à la possession du permis de conduire les véhicules automobiles (catégorie B).
Son affectation est fonction de son rang de classement et des postes proposés par l’administration. La nomination en qualité d’élève est subordonnée à la souscription de l’engagement préalable de rester au service de l’État pendant une durée de 5 ans à compter de la titularisation.
L’élève ou l’ancien élève qui met fin à sa scolarité plus de trois mois après son incorporation ou qui rompt son engagement doit reverser au Trésor une somme forfaitaire fixée par arrêté du ministre d’État, ministre de l’Intérieur.

CARRIÈRE
Le lieutenant demeure affecté, pendant une durée minimale de 5 ans, dans la zone de défense de sa première affectation.
Il peut être responsable d’un secteur de police. À ce titre, il dirige une équipe dont les missions sont : la prévention, le contact avec le public, le contact avec les élus locaux, les commerçants, les responsables d’établissements scolaires et d’associations.
Il peut aussi diriger les enquêtes locales relatives aux affaires de droit commun (traitement de la petite et moyenne délinquance, d’homicide, de stupéfiants, de moeurs, de cambriolages, de vols de véhicules, de mineurs victimes...).
Il peut également être responsable d’une unité chargée de la recherche et de l’analyse de renseignements dans tous les domaines susceptibles d’intéresser l’ordre public (économique et social, phénomènes urbains graves…).
Un lieutenant peut accéder par promotion interne aux grades de capitaine puis de commandant de police. Il peut accéder ensuite à la fonction de commandant de police à l’emploi fonctionnel et au titre de la promotion sociale, au concours interne de commissaire de police.
RÉMUNÉRATION
Au 1er janvier 2015, les salaires nets mensuels (en région parisienne) en fonction du grade sont :
  • Élève lieutenant 1 309 €
  • Lieutenant de police 2 244 € à 3 176 €
  • Capitaine de police 2 969 € à 3 671 €
  • Commandant de police 3 190 € à 4 072 €
CONDITIONS DE RECRUTEMENT
Outre les conditions communes listées page 6, le candidat au concours externe doit :
  • être âgé de 35 ans au plus au 1er janvier de l’année du concours, sauf dérogations* ;
  • être titulaire d’un diplôme sanctionnant la réussite à 3 années d’enseignement supérieur après le baccalauréat* ;
-- sont admis en équivalence de la licence, les diplômes nationaux et étrangers (européens ou non) sanctionnant une formation d’une durée au moins égale à 3 années d’études après le baccalauréat, reconnus par l’État, ainsi que les titres et diplômes homologués au niveau II ou au niveau I ;
-- peuvent faire acte de candidature, toutes les personnes qui justifient de 3 années d’activité dans la même catégorie socioprofessionnelle que celle de l’emploi postulé (2 ans pour les titulaires d’un diplôme immédiatement inférieur à celui requis) ;
-- peuvent se présenter les candidats justifiant qu’ils accomplissent la dernière année d’études en vue de la possession d’un des diplômes ou titres requis. En cas de réussite au concours, ils ne seront nommés élèves que s’ils justifient, avant la date fixée pour la rentrée en école qui suit immédiatement le concours, de la possession du diplôme ou titre.
  • être agréé par le préfet territorialement compétent ;
  • être en règle avec la législation sur le service national.

Les épreuves :

Concours externe

Admissibilité 

  • Une épreuve de culture générale consistant en une dissertation sur un sujet d’ordre général relatif à l’évolution des idées et des faits politiques, économiques et sociaux en France et dans le monde depuis 1900 jusqu’à nos jours (durée : quatre heures ; coefficient 4) 
  • Une épreuve consistant, à partir d’un dossier documentaire à caractère administratif, en la résolution d’un cas pratique visant à dégager des propositions et solutions argumentées. Le dossier peut comporter des graphiques ainsi que des données chiffrées. Il ne peut excéder trente pages (durée : quatre heures ; coefficient 3)
Cette nouvelle épreuve remplace l’épreuve de synthèse. Le.la candidat.e doit démontrer sa capacité à se projeter dans un cadre opérationnel, savoir analyser les éléments de contexte de la situation dans laquelle il.elle est placé.e, être capable de proposer des solutions en fonction du thème posé, (à l’aide de tout ou partie des documents) et être en mesure d’argumenter des choix opérationnels retenus. Quelle que soit la manière dont il.elle organise sa copie, ( 2, 3 parties ou plus), il.elle doit respecter des conditions de formalisme prévues par l’énoncé.

Une épreuve consistant en un questionnaire à choix multiple ou à réponses courtes portant sur les connaissances générales des événements qui font l’actualité politique française et internationale, le fonctionnement institutionnel politique français et européen, les règles du comportement citoyen, les missions et l’organisation générale des services de la Police nationale et des services du ministère de l’Intérieur (durée : une heure ; coefficient 3).

Un questionnaire à choix multiple ou à réponses courtes portant sur le droit administratif général et/ou les libertés publiques (durée : une heure ; coefficient 2) 

Une épreuve portant sur le droit et/ou la procédure pénale (durée : trois heures ; coefficient 2).

 Les épreuves écrites font l’objet d’une double correction à l’exception des questionnaires à choix multiple. 

Pré-admission

Pour y participer, le.la candidat.e doit avoir obtenu, aux épreuves d’admissibilité, un total de points, fixé par le jury, qui ne peut être inférieur à 112.

  • Deux épreuves d’exercices physiques composées d'un parcours d’habileté motrice et d'un test d’endurance cardio-respiratoire (TECR - bande son ci-contre).
    Le détail des épreuves est expliqué dans le document intitulé " Fiche épreuves physiques concours actifs " téléchargeable depuis cette page (coefficient 3).
     Toute note inférieure à 7/20 à l’une ou l’autre des épreuves est éliminatoire.

Admission

Pour y participer, le.la candidat.e doit avoir réussi les épreuves de pré-admission.

  • Des tests psychotechniques écrits, non notés, destinés à évaluer leur profil psychologique et leur capacité à travailler en groupe (durée : trois heures) ;
  • Une épreuve de gestion du stress, sous forme d’un parcours permettant l’évaluation de la gestion du stress du.de la candidate. Cette épreuve consiste à placer le.la candidat.e dans une situation imprévue et soudaine et à analyser son comportement. Une grille d'observation renseignée par le psychologue est communiquée au jury en vue de l'épreuve d'entretien.  (durée : dix minutes maximum ; coefficient 2)
Le comportement du.de la candidat.e est observé lors d'un parcours effectué à l'aveugle soumis à des bruitages fortement parasites.
  • Une épreuve de mise en situation individuelle à partir d’un cas pratique tiré au sort pouvant comporter un dossier documentaire professionnel d’une dizaine de pages (durée : trente minutes ; préparation : trente minutes ; coefficient 4) ;
Il s'agit d'une situation fictive émanant ou non de l'univers de la police, pouvant compter un dossier documentaire permettant de comprendre les enjeux de la problématique. Après une phase de préparation, le candidat doit présenter oralement son analyse, ses réponses au problème posé par la mise en situation, puis répondre aux questions des examinateurs. Il ne s'agit pas d'évaluer les compétences techniques du candidat pour résoudre le cas exposé, mais des capacités en terme de management, d'intelligence sociale, de rapport à l'autorité et d'adhésion aux valeurs.

Un entretien avec le jury s’appuyant sur des questions d’ordre général à partir d’un thème d’actualité tiré au sort par le.la candidat.e permettant d’apprécier les qualités de réflexion et les connaissances du .de la candidat.e, ainsi que son aptitude et sa motivation à exercer l’emploi postulé (durée : trente-cinq minutes ; préparation : trente-cinq minutes ; coefficient 5). Toute note inférieure à 5 sur 20 est éliminatoire.

Les membres du jury disposent, pour aide à la décision, des résultats des tests psychotechniques passés par le.la candidat.e, interprétés par le.la psychologue et de la grille d’observation renseignée par le.la
psychologue lors de l’épreuve de gestion du stress.

  • Une épreuve orale obligatoire de langue étrangère consistant en une conversation (durée : quinze minutes ; coefficient 3). Les langues admises sont l’allemand, l’anglais, l’espagnol, l’italien. Le.la  candidat.e indique son choix lors de son inscription au concours. Il.elle ne peut en aucun cas en changer postérieurement à la clôture des inscriptions.

DEVENEZ COMMISSAIRE DE POLICE
MISSIONS
Le commissaire de police appartient au corps de conception et de direction de la Police nationale qui est un corps technique supérieur à vocation interministérielle relevant du ministre de l’Intérieur.
Il est chargé de l’élaboration et de la mise en oeuvre des doctrines d’emploi et de la direction d’un service (commissariat, service de police judiciaire ou de renseignement, école de police…) dont il assume la responsabilité opérationnelle et organique. Il a autorité sur les personnels affectés dans ces services.
Il participe à la conception, à la réalisation et à l’évaluation des programmes et des projets relatifs à la prévention de l’insécurité et à la lutte contre la délinquance.
Il est officier de police judiciaire (OPJ).
Il exerce les attributions de magistrat qui lui sont conférées par la loi.
Il est doté d’une tenue d’uniforme mais peut exercer en civil.
FORMATION
L’élève commissaire de police suit une scolarité de 22 mois. Elle s’effectue à l’École nationale supérieure de la police (ENSP) de Saint-Cyr-au-Mont-d’Or (69) et alterne stages en école et en services actifs.
À l’issue de la première année, l’élève est nommé commissaire de police stagiaire. La durée du stage est d’un an. Ceux qui ont donné satisfaction sont titularisés dans le grade de commissaire de police.
La titularisation est subordonnée à la possession du permis de conduire les véhicules automobiles (catégorie B).
L’affectation est fonction de leur rang de classement et des postes proposés par l’administration.
La nomination en qualité d’élève est subordonnée à la souscription de l’engagement préalable de rester au service de l’État pendant une durée de 7 ans à compter de la titularisation.
L’élève ou l’ancien élève qui met fin à sa scolarité plus de 3 mois après son incorporation ou qui rompt son engagement doit reverser au Trésor une somme forfaitaire fixée par arrêté du ministre d’État, ministre de l’Intérieur.

CARRIÈRE
La durée minimale de la première affectation est fixée à 2 ans après la titularisation.
Pour les commissaires de police comptant au moins 9 ans de services effectifs en qualité de titulaire dans ce grade, l’avancement au grade de commissaire divisionnaire se fait au choix par voie d’inscription à un tableau annuel d’avancement.
Après 2 ans au moins de services effectifs dans son grade, le commissaire divisionnaire peut être nommé sur un emploi de contrôleur général.
Après avoir occupé cet emploi depuis un an au moins, le contrôleur général peut accéder à la fonction d’inspecteur général puis à celle de directeur des services actifs.
RÉMUNÉRATION
Au 1er janvier 2015, les salaires mensuels nets (en région parisienne) en fonction du grade sont :
  • Élève commissaire 1 441 €
  • Commissaire de police 3 123 € à 4 997 €
  • Commissaire divisionnaire 4 462 € à 6 736 €
CONDITIONS DE RECRUTEMENT
Outre les conditions communes listées page 6, le candidat au concours externe doit :
  • être âgé de 35 ans au plus au 1er janvier de l’année du concours, sauf dérogations* ;
  • être titulaire du diplôme de master ou titre équivalent* ;
-- sont admis en équivalence les diplômes nationaux et étrangers (européens ou non) sanctionnant une formation d’une durée au moins égale à 5 années d’études après le baccalauréat, reconnus par l’État ;
-- peuvent faire acte de candidature, toutes les personnes qui justifient de 3 années d’activité dans la même catégorie socioprofessionnelle que celle de l’emploi postulé (2 ans pour les titulaires d’un diplôme immédiatement inférieur à celui requis) ;
-- peuvent se présenter les candidats justifiant qu’ils accomplissent la dernière année d’études en vue de la possession d’un des diplômes ou titres requis. En cas de réussite au concours, ils ne seront nommés élèves que s’ils justifient, avant la date fixée pour la rentrée en école qui suit immédiatement le concours, de la possession du diplôme ou titre.
  • être agréé par le préfet territorialement compétent ;
  • être en règle avec la législation sur le service national.
Pour les candidats au concours interne (ouvert aux fonctionnaires civils et militaires ou agents de l’État, des collectivités territoriales, d’un établissement public ou d’une organisation internationale intergouvernementale âgés de 44 ans au plus au 1er janvier de l’année du concours et qui justifient, à cette même date, de 4 ans de services publics effectifs), consultez le site lapolicenationalerecrute.fr, rubrique concours et sélections.

LES EPREUVES

Concours externe

Admissibilité 

Les épreuves écrites font l’objet d’une double correction à l’exception du questionnaire à choix multiple.

  • Épreuve de culture générale
    dissertation sur un sujet d’ordre général relatif à l’évolution des idées et des faits politiques, économiques et sociaux en France et dans le monde depuis 1900 jusqu’à nos jours. Durée : 5 h ; coefficient 4
  • Épreuve de résolution d'un cas pratique
    à partir d’un dossier documentaire à caractère administratif, dégager des propositions et solutions argumentées. Le dossier peut comporter des graphiques et des données chiffrées. Il ne peut excéder 30 pages. Durée : 4 h ; coefficient 4
Cette nouvelle épreuve remplace l’épreuve de synthèse. Le.la candidat.e doit démontrer sa capacité à se projeter dans un cadre opérationnel, savoir analyser les éléments de contexte de la situation dans laquelle il.elle est placé.e, être capable de proposer des solutions en fonction du thème posé, (à l’aide de tout ou partie des documents) et être en mesure d’argumenter des choix opérationnels retenus. Quelle que soit la manière dont il.elle organise sa copie, (2, 3 parties ou plus), il.elle doit respecter des conditions de formalisme prévues par l’énoncé.

Questionnaire à choix multiple ou à réponses courtes
portant sur les connaissances générales des événements qui font l’actualité politique française et internationale, le fonctionnement institutionnel politique français et européen, les règles du comportement citoyen, les missions et l’organisation générale des services de la Police nationale et des services du ministère de l’Intérieur. Durée : 1 h ; coefficient 3

Deux Compositions
 L'une porte sur le droit administratif général et/ou les libertés publiques et/ou le droit de l’Union européenne. Durée : 3 h ; coefficient 4
 L'autre porte sur le droit pénal général et/ou la procédure pénale. Durée : 3 h ; coefficient 4

Pré-admission

Pour y participer, le.la candidat.e doit avoir obtenu, aux épreuves d’admissibilité, un total de points déterminés par le jury, qui ne peut être inférieur à 152.

  • Deux épreuves d’exercices physiques composées d'un parcours d’habileté motrice et d'un test d’endurance cardio-respiratoire (TECR - bande son ci-contre).
    Le détail des épreuves est expliqué dans le document intitulé " Fiche épreuves physiques concours actifs " téléchargeable depuis cette page (coefficient 3).
    Toute note inférieure à 7/20 à l’une ou l’autre des épreuves est éliminatoire.

Admission

Pour y participer, le.la candidat.e doit avoir réussi les épreuves de pré-admission.

  • Tests psychotechniques écrits
    non notés et destinés à évaluer le profil psychologique des candidats et leur capacité à travailler en groupe. Durée : 3 h 30
  • Épreuve de gestion du « stress » 
    sous forme d’un parcours permettant l’évaluation de la gestion du stress du.de la candidat.e. Cette épreuve consiste à placer le.la candidat.e dans une situation imprévue et soudaine et à analyser son comportement. Une grille d'observation renseignée par le.la psychologue est communiquée au jury en vue de l'épreuve d'entretien. Durée : 10 minutes maximum ; coefficient 2
Le comportement de la.du candidat.e est observé lors d’un parcours effectué à l’aveugle soumis à des bruitages fortement parasites.
  • Épreuve de mise en situation individuelle
     à partir d’un cas pratique tiré au sort pouvant comporter un dossier documentaire professionnel d’une dizaine de pages. Durée : 30 minutes ; préparation : 30 minutes ; coefficient 4

Il s’agit d'une situation fictive émanant ou non de l’univers de la police, pouvant comporter un dossier documentaire permettant de comprendre les enjeux de la problématique. Après une phase de préparation, le candidat doit présenter oralement son analyse, ses réponses au problème posé par la mise en situation, puis répondre aux questions des examinateurs.

Il ne s’agit pas d’évaluer les compétences techniques du candidat pour résoudre le cas exposé, mais des capacités en termes de management, d’intelligence sociale, de rapport à l’autorité, d’adhésion aux valeurs. Pour en savoir plus ..

  • Épreuve collective 
    mise en situation à partir d’un cas pratique tiré au sort pouvant comporter un dossier documentaire professionnel d’une dizaine de pages permettant de répondre à une problématique avec toute une équipe. Durée : 35 minutes ; coefficient 4
    Les candidats sont répartis en groupe (4 à 6) afin d’évaluer leur comportement, leur façon de s’exprimer et leur capacité relationnelle et décisionnelle.

Il s'agit d'une situation fictive émanant ou non de l’univers de la police présentant une problématique à laquelle les candidat.e.s doivent répondre en commun.

Il ne s’agit pas d’évaluer la production du groupe mais les comportements de chacun.e en interaction avec les autres, les qualités de leadership, (capacité à faire passer ses idées ), et l’intelligence sociale (capacité à prendre en compte les avis des autres).

  • Épreuve orale de langue étrangère 
    conversation à partir d’un texte, écrit dans la langue choisie, tiré au sort par le.la candidat.e. Les langues admises sont l’allemand, l’anglais, l’espagnol, l’italien. Le.la candidat.e indique son choix dans sa demande d’inscription au concours. Il.elle ne peut en aucun cas en changer postérieurement à la clôture des inscriptions. Durée : 20 minutes ; préparation : 20 minutes ; coefficient 4
  • Entretien avec le jury 
    porte sur des questions d’ordre général à partir d’un thème d’actualité tiré au sort par le.la candidat.e, il permet d’apprécier les qualités de réflexion et les connaissances du.de la candidat.e, ainsi que son aptitude et sa motivation à exercer l’emploi postulé . Durée : 35 minutes ; préparation : 35 minutes ; coefficient 7.
    Les membres du jury disposent, pour aide à la décision, des résultats des tests psychotechniques, interprétés par le psychologue et de la grille d'observation renseignée par le.la psychologue lors de l'épreuve de gestion de stress.
    Toute note inférieure à 5 / 20 est éliminatoire.

Découvrez la plaquette de présentation ci-dessous
Plus d'infos sur www.lapolicenationalerecrute.fr
 

349 vues Visites

J'aime

Commentaires0

Veuillez vous connecter pour lire ou ajouter un commentaire

Articles suggérés

Fonction Publique

Réussir avec la gendarmerie - Devenez officier - Classe Préparatoire Intégrée

User profile picture

Odile JACQUESSON

22 février

Fonction Publique

Devenez Ingénieur des travaux publics de l'Etat dans les spécialités chimie, économie, électronique, instrumentation, informatique, environnement, transport

User profile picture

Chan-Thaï LAM

16 août

Fonction Publique

La Direction générale de la concurrence, de la consommation et de la répression des fraudes recrute : des inspecteurs de la DGCCRF

User profile picture

Chan-Thaï LAM

24 juillet